LES DIFFÉRENTS SELS DE MAGNÉSIUM

Teneur en magnésium élémentaire 12 %. Bonne assimilation et très bonne solubilité. Il se trouve soit pur (Nigari, chlorure de magnésium en poudre), soit associé à d’autres molécules dans de nombreux médicaments et suppléments alimentaires et boissons (Jecobiase, Ensure Plus…). Tout comme la Delbiase, le Magnogène ne contient que du chlorure de magnésium, mais moitié moins par gélule. On en trouve également dans des laits pour nourrissons et dans nos produits alimentaires sous forme d’additif (E511).


Ascorbate de magnésium & Ascorbo-aspartate de magnésium

Teneur en magnésium élémentaire : 7,5 %. Reconnu comme tonifiant et défatigant. Peut entraîner une hyperexcitation. Une ampoule contenant 300 mg environ d’ascorbate de magnésium apporte 22 mg de magnésium.


Carbonate de magnésium

Teneur en magnésium élémentaire 40 %. Le carbonate de magnésium n’est pas soluble et son assimilation est très mauvaise. C’est une poudre blanche que l’on utilise aussi en sport pour permettre l’adhérence des mains en escalade ou en gym- nastique. On la trouve également en additif alimentaire sous l’appellation E504, présent dans les chocolats, les poudres levantes, le sel, les fromages… Vendu pour favoriser la digestion, le carbonate de magnésium se trouve dans de nombreux médicaments destinés à soulager les maux d’estomac, le plus souvent associé à du carbonate de calcium (Rennie, Gastropax…).

Sulfate de magnésium

Extrait des eaux minérales d’Epsom en 1694, le sulfate de magnésium est reconnu depuis longtemps comme un puissant laxatif, utilisé de nos jours dans une kyrielle de médicaments destinés à relever le taux de magnésium ou à combattre l’acidité gastrique (Spasmag, Gastropax…). Comportant de 10 à 14 % d’ion magnésium, il est très actif. Le sulfate de magnésium est aussi présent dans les aliments comme affermissant et exhausteur d’arôme (E518). Il est ajouté dans des fromages, des desserts lactés, des purées, des légumes en conserve, des vinaigres, moutardes, fruits, confiserie… Différents éléments minéraux composés sur une base de magnésium (bromure, fluorure, phosphore…) sont associés à d’autres dans des médicaments homéopathiques. Les doses proposées sont évidemment sans commune mesure avec celle des médicaments plus « classiques ».

Stéarate de magnésium

Utilisé surtout dans l’industrie alimentaire et pharmaceutique, le stéarate de magnésium est utilisé comme lubrifiant en confiserie, dans les gélules et comprimés. Dérivé de l’acide stéarique, il est obtenu à partir d’huiles animales et végétales.

Silicate de magnésium

Le silicate de magnésium (E553) est le composant principal du talc (E553iii), dont il peut quasiment être le synonyme. On le trouve dans l’alimentation comme agent anti-coagulant, lissant du riz blanc dont il faut pourtant se méfier (à cause de la présence de résidus de métaux lourds). Il est ajouté dans les laits en poudre, les crèmes, les fromages, les desserts, les céréales, les boissons…

Pidolate de magnésium

8,7 % de teneur en magnésium élémentaire. Il faut un peu plus de 3 g de pidolate de magnésium par jour pour parvenir à une dose recommandée. Cette forme de sel se trouve dans des médicaments destinés à réguler le magnésium (Mag 2, MagneB6, Top Mag), associé à du carbonate de magnésium, des vitamines B6 ou du sodium…

Phosphate de magnésium

Ajouté aux aliments comme régulateur d’acidité et anti-agglomérant, l’acide phosphorique combiné au magnésium porte l’appellation de E343. On le trouve dans de nombreux aliments (desserts, légumes, fruits préparés…) et boissons.

Oxyde de magnésium

Le plus ancien des sels de magnésium, décrit dans un ancien dictionnaire de médecine possède une forte teneur en magnésium élémentaire 60,3 %. Mais son assimilation est assez mauvaise tout comme la solubilité. Poudre blanche, nommée aussi « magnésie », l’oxyde de magnésium ou périclase est utilisé comme principe actif dans de nombreux médicaments, pour réguler le taux de magnésium (Magnosol, Sympathyl…) ou lutter contre les douleurs gastriques (Mutesa, Carbosymag…). Ajouté dans l’alimentation sous forme d’additif (E530), l’oxyde de magnésium se trouve dans les desserts lactés, les fromages, les viandes, les pâtes, les boissons… comme anti-agglomérant.

Orotate de magnésium

Présent à l’état naturel, surtout dans le lait des ruminants, l’acide orotique produit des sels minéraux, dont l’orotate de
magnésium. Le plus controversé des sels de magnésium a été découvert et utilisé par un médecin et physicien allemand (Hans Nieper), dans le traitement de nombreuses maladies, qu’il associait à d’autres orotates (potassium…). Interdit en France, l’orotate de magnésium est utilisé dans d’autres pays comme complément alimentaire pour augmenter l’endurance des sportifs, améliorer le fonctionnement du cœur… L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) inquiète « sur le plan de la sécurité », en a interdit la commercialisation : des pour- suites pénales ont été engagées envers des naturopathes pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Tout comme l’ortie, ce sel de magnésium est considéré comme un produit dangereux (substance vénéneuse), mettant plus en péril des intérêts que des santés.

Malate de magnésium

L’acide malique permet d’obtenir du malate de magnésium que l’on trouve parfois dans des compléments alimentaires. Certains professionnels de la santé le recommandent pour des soins liés au dysfonctionnement du système nerveux central (fibromyalgie par exemple). L’acide malique, présent dans les fruits notamment permet de s’associer à l’aluminium du corps indispensable pour la mémoire, les apprentissages… (dans les cellules nerveuses).

Lactate de magnésium

Le lactate de magnésium contient autant de magnésium élémentaire que le chlorure (12 %), il est très présent dans les médicaments prescrits pour réguler le magnésium (Oromag…), accompagné souvent de vitamines B6 (Magné B6, Magnésium Vitamine B6…). Régulateur de l’acidité et agent de traitement des farines, il existe sous forme d’additif alimentaire (E329), dans de très nombreux aliments et boissons : crèmes, fromages, laits, vinaigre, légumes…

Hydroxyde de magnésium

Teneur en magnésium élémentaire 41,5 %. L’hydroxyde de magnésium, qui est mal assimilable et peu soluble, est obtenu avec de l’hydroxyde de sodium. Il est utilisé fréquemment comme régulateur d’acidité, dans de très nombreux médicaments (Maalox, Rennie, Gastropax…) et se nomme aussi parfois lait de magnésie. Un médecin, auteur d’un livre sur le système nerveux en fit son médicament fétiche sous le nom de Chlorumagène. Présent dans l’industrie alimentaire, l’hydroxyde de magnésium (E528) empêche l’acidité de quelques produits (cacao, fromages…).

Glycérophosphate de magnésium

Réputé non laxatif, ce sel contient 6,6 % d’ion magnésium élémentaire. On le trouve associé à des plantes (Phytemag…) ou de la vitamine B6 (Uvimag B6…) dans certains compléments destinés à lutter contre la fatigue notamment. Assez riche en magnésium, il faut toutefois en consommer deux fois plus que le chlorure par exemple pour obtenir des doses actives.

Glutamate de magnésium

Plus connus sous le nom de E625, les sels de magnésium dérivés de l’acide glutamique se trouvent dans de nombreux aliments lactés (desserts, crèmes, fromages…), dans les légumes, confiseries, céréales, boissons… et de nombreux autres aliments comme exhausteur d’arôme, voire comme appétant (les glutamates développent le goût et donnent envie d’en
reprendre !).

Gluconate de magnésium

Teneur en magnésium élémentaire 5,4 %. L’assimilation de ce sel est bonne tandis que sa solubilité est moyenne. Pauvre en magnésium pur, le gluconate se trouve pourtant en principe actif dans quelques médicaments prescrits en cas de fatigue (Arphos, Oligosol Magnésium…) : il faudrait consommer la boite complète d’ampoules par jour pour parvenir à une dose d’appoint, sauf si l’on considère quelques mg seulement en apport homéopathique. Le gluconate de magnésium régule l’acidité et exalte les arômes : il est exploité dans l’industrie alimentaire, sous le numéro E580 (céréales, desserts à base d’œufs, boissons…).

Citrate de magnésium

Teneur en magnésium élémentaire 16,2 %. L’assimilation est bonne ainsi que la solubilité. Obtenu à partir de l’acide citrique, le citrate de magnésium se trouve dans quelques médicaments (Oromag, Citrocholine…) parfois associé à de la vitamine B6 (Magnevie B6). Tout comme le chlorure de magnésium, le citrate est également ajouté dans des laits de croissance (Blédilait, Gallia…) et des compléments alimentaires, dont certains destinés aux femmes enceintes. Le citrate de magnésium est aussi un régulateur de l’acidité présent dans l’industrie alimentaire sous forme d’additif (E345).


Extrait de «Les bienfaits du chlorure de magnésium»
Régine Quéva, J’ai Lu/Bien Etre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *