Algues au jardin

Les alginates améliorent la structure et l’activité biologique du sol. Les algues captent l’eau et la retiennent : utilisez cet apport en dispersion sur les semis ou en paquets sur vos allées. Le soleil fera le reste.

Placées au pied des fleurs, des arbres fruitiers et des arbustes, les algues sont un très bon compost naturel, surtout les algues vertes, bourrées de magnésium indispensable pour la floraison. Cassis, groseilles et framboises apprécient ce paillage, tout comme les rosiers ou les arbres du verger.

Les algues les protègent tout en les nourrissant. Certains éléments contenus dans les algues (les phytohormones) agiraient d’ailleurs comme des activateurs de croissance. 

La pulvérisation de poudre d’algues améliorerait les rendements de manière importante. Un taux de croissance de 5 à 30 % a été observé, avec une augmentation du système radiculaire. Laisser tremper dans l’eau de pluie, un seau d’algues glanées sur la plage. Choisissez de préférence des laminaires, des algues rouges et les algues équipées de flotteurs (Ascophyllum nodosum). Elles donneront leurs nutriments à l’eau, l’iode et le sodium seront dispersés pourvu que l’on songe à les plonger dans un grand bac.

Quelques jours plus tard, une bonne odeur de marée s’échappe de votre récipient. Remplissez les arrosoirs avec cette préparation marine diluée ou non et humidifiez la terre, sans noyer les semis, ou pulvérisez. Ce purin d’algues serait l’ennemi des pucerons et des acariens. Il préviendrait ainsi l’apparition des maladies du feuillage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *